Algérie Energies Français À la une Pétrole et gaz

L’Algérie et l’Espagne mettent fin à leur différend gazier

L’Algérie et l’Espagne mettent un terme à leur différend gazier en scellant, après de long mois de négociations, un accord portant à la fois sur le prix, les volumes, et la durée des contrats.

Aucun détail n’a été divulgué officiellement sur la teneur exacte du compromis, mais selon certains échos recueillis, l’accord porte sur «une baisse des prix, une plus grande flexibilité dans les engagements d’achat et une prolongation de la durée de ceux-ci».

Le dernier accord scellé entre les deux compagnies en 2018, dans le cadre du renouvellement des contrats gaziers à long terme, portait sur un volume équivalent à 40% des besoins de la compagnie espagnole (ex-Gaz natural fenosa), pour un montant global estimé à plus de 30 milliards d’euros.

La durée des contrats à long terme avait été raccourcie de 20 ans à une dizaine d’année au plus, en raison des nouvelles conditions du marché gazier, soumis à une très forte concurrence en Europe. Le président de Naturgy, Francisco Reynés, et le président de Sonatrach, Toufik Hakkar, ont signé l’accord gazier, en marge de la visite officielle du chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez mercredi et jeudi en Algérie.

Une visite durant laquelle des entretiens politiques ont été soutenus et accompagnés par des entrevues économiques, à l’occasion d’un forum d’affaires, auquel ont pris part une cinquantaine d’entreprises espagnoles, en plus de nombreuses compagnies nationales.

Le chef du gouvernement espagnol a mis en relief, à cette occasion, une relation bénéfique mutuelle, estimant, lors de cette visite, que le marché algérien est prioritaire pour l’Espagne, alors que «près de 60% du gaz qui arrive en Espagne provient d’Algérie».

Selon le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, l’accord conclu entre sa compagnie et l’espagnole Naturgy «reflète le caractère stratégique de la relation de confiance à long terme qui unit les deux partenaires, et grâce à laquelle Sonatrach entend consolider sa position sur le marché espagnol».

Pour sa part, le patron de Naturgy, Francisco Reynés, a indiqué que «cet accord démontre la volonté de Sonatrach et de Naturgy de poursuivre leur partenariat à long terme, entamé il y a des décennies».

Pour M. Reynés, «l’Espagne assure via sa relation avec l’Algérie sa sécurité en matière de production énergétique, le gaz naturel étant devenu le plus stratégique pour la transition énergétique».

Il estimera que pour l’Algérie, «c’est aussi une grande nouvelle, car l’accord reconfirme la volonté de Naturgy et de l’Espagne d’être un partenaire de premier ordre de Sonatrach, via une relation dépassant le cadre des affaires et s’étendant à d’autres aspects très importants de la relation de notre pays».

Après quelques semaines de tensions à propos des termes de la relation commerciale entre les deux compagnies – dont une menace d’arbitrage international –, les choses se sont progressivement apaisées, les deux pays ayant apparemment décidé de dépasser des considérations commerciales conjoncturelles, en lâchant du lest sur le court terme en raison de la pandémie de Covid-19, tout en préservant au mieux leurs interêts sur le moyen et long termes.

Dans cette relation commerciale vieille de 50 ans entre les compagnies, les atouts de l’Algérie restent tout de même prépondérants, la proximité géographique, les infrastructures communes étant un gage de sécurité énergétique sur le long terme pour l’Espagne, mais aussi l’assurance d’un marché commercial de proximité, au-delà des préoccupations économiques ponctuelles suite à la crise liée à la Covid-19.

Le nouvel accord a d’ailleurs été grandement facilité par l’engagement politique des deux gouvernements qui souhaitent, selon les déclarations des deux chefs de gouvernement, élargir la coopération et prospecter de nouvelles pistes de coopération à la faveur notamment des modifications réglementaires intervenues en Algérie dont notamment la suppression de la règle de partenariat 51/49 – qui améliore la perception du climat des affaires en Algérie –, mais aussi la promulgation de la nouvelle loi sur les hydrocarbures.

Dans ce contexte, une délégation de responsables d’une cinquantaine de compagnies espagnoles a effectué le déplacement à Alger, dont de grandes entreprises telles que Seat, Indra, Técnicas Reunidas, Vicky Food, Abengoa, Duro Felguera et Levantina. 

Related posts

توزيع 5 آلاف دينار على أولياء التلاميذ قبل 25 أكتوبر

La rédaction

وزير الصناعة: فرص الأعمال مفتوحة أمام المؤسسات الأمريكية الراغبة في الاستثمار بالجزائر

Meissa Cheikh

بريد الجزائر يُسجل أعلى زيادة في التّنمية البريدية عالميا ويقفز بـ46 رتبة

Meissa Cheikh

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More