Agriculture et pêche Algérie Français À la une

Moulins Amor Benamor : Reprise de la production des pâtes et couscous

l’arrêt depuis août 2020, les lignes de production de l’usine Amor Benamor des pâtes alimentaires et couscous (Guelma) ont commencé, hier, à tourner, à la faveur de l’arrivée de la première cargaison de la matière première, le blé.

La première production concernera le couscous, avant de passer immédiatement aux pâtes courtes et longues. «Après l’arrivée de la matière première, nous avons entamé aujourd’hui (hier) la reprise, à travers la mise en marche de nos 12 lignes de production. Nous avons commencé par le couscous avant d’enchaîner immédiatement avec les pâtes courtes et longues, au grand bonheur de notre clientèle», a confirmé, hier, B. Abdlatif, le représentant d’un millier de travailleurs du groupe Amor Benamor.

Cette matière première est une cargaison de 23 587 tonnes de blé dur, arrivée du Canada à bord d’un navire, le Federal Hudson, battant pavillon de Marshall Islands. En rade au port commercial de Annaba depuis le 14 janvier dernier, il a été bloqué durant 34 jours avant d’avoir l’autorisation d’accéder et de décharger. Ce qui a coûté à l’importateur, le groupe Amor Benamor, 544 000 dollars en surestarie.

Parallèlement, la production de la semoule a été aussi entamée au lendemain de la reprise de l’approvisionnement en blé dur depuis l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC). «Etant subventionné par l’Etat, le blé de l’OAIC sera destiné exclusivement à la production de la semoule. Pour renforcer notre production nationale, nous réclamons actuellement nos quotas, attribués à nos moulins lorsque nous étions à l’arrêt», ont expliqué nos sources.

Tout porte à croire que cette mésaventure sera la dernière. En effet, avec la désignation, par la justice, d’un administrateur au groupe Amor Benamor, qui a débloqué immédiatement les comptes bancaires, l’importation de la matière première est désormais acquise, impliquant la pérennité des 1000 emplois directs et autant indirects.

Il faut savoir aussi que tous les travailleurs du groupe Amor Benamor sont sans salaire depuis le début de l’année et, en majorité, mis en chômage technique d’office. «Avec la reprise de nos activités, nos produits de qualité – couscous et pâtes – vont reprendre nos parts du marché, estimées à plus de 25%, notamment à la veille du mois sacré du Ramadhan, où la consommation connaîtra des pics.»

Il faut dire que l’absence des produits de Amor Benamor – pâtes et couscous – sur les étals des commerces a déjà suscité de multiples réclamations des clients et consommateurs.

Ce qui a poussé l’entreprise à préciser que «cette situation est due au manque de matière première depuis quelques semaines. Les derniers événements liés à la crise sanitaire ont généré des répercussions directes sur notre activité, créant un précédent, indépendant de notre volonté. L’entreprise Amor Benamor met tout en œuvre afin de régler cette situation, qui ne saurait perdurer». 

Related posts

Cyberattaque : l’Algérie souffre d’une fuite massive de données

Meissa Cheikh

النفط يرتفع بفضل بيانات قوية من الصين وانتعاش الطلب

Meissa Cheikh

Les compagnies aériennes françaises à l’assaut du marché algérien

Meissa Cheikh

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More